Le 2 octobre 2020 la tempête Alex a durement touchée ces vallées dont certaines ont vu leurs paysages être modifiés. Les photos de ce site ont été prises avant cette tempête.

Saint Jean Chrysostome

Soumis par JPB le mer 05/08/2020

344-407

Culte

Fêté le 13 septembre, il est le protecteur des personnes qui souffrent d’épilepsie (car cette maladie est appelée mal de Saint Jean) et qui lui adressent des prières pour espérer une guérison. Il est le patron des professionnels qui doivent s’exprimer devant un public (orateurs, présentateurs, maîtres de conférence, etc...). En grec "krusostomos" signifie "Bouche d'or".

Attributs

Une plume, un arbre, des abeilles sortant de la bouche (pour son éloquence).

Hagiographie

La Légende Dorée de Jacques de Voragine, qui lui consacre un article, s'inspire de Historia Tripartita (VIe). Sa vie est connue par de nombreux écrits.

Il est surtout vénéré par l'Eglise grecque. Sa famille, chrétienne, appartient à la bourgeoisie d'Antioche. Il est alors élevé par sa mère. Il dit avoir mené une jeunesse désordonnée.

À 18 ans, il demande le baptême, après avoir rencontré l'évêque Mélétios. Il suit des cours d'exégèse auprès de Diodore de Tarse.Il reçoit les ordres mineurs, puis s'installe en ermite aux portes d'Antioche, et se consacre à la théologie. Il compose alors son traité Du Sacerdoce, influencé par les idées de Grégoire de Nazianze.

Durant l'hiver 380–381, il est ordonné diacre par Mélétios à Antioche. Quelques années plus tard, il est ordonné prêtre. Il devient alors prédicateur et directeur spirituel. Il rédige de nombreux traités:

Il acquiert une certaine célébrité pour son talent d'orateur. En 397, Nectaire, archevêque de Constantinople, trouve la mort. Au terme d'une bataille de succession acharnée, l'empereur Arcadius choisit Jean. Il s'élève alors avec une grande force contre la corruption des mœurs et la vie licencieuse des grands.

Il destitue les prêtres ou les évêques, qu'il juge indignes, parmi lesquels l'évêque d'Éphèse, et ramène de force à leur couvent les moines vagabonds. Il s'attaque également aux hérétiques, aux Juifs et aux païens. Il tient un langage sévère à l'égard des Juifs, en qui il voit les adversaires de l'Évangile de Jésus. 

S'il jouit au départ de la faveur du couple impérial, il s'attire rapidement l'inimitié des classes supérieures et des évêques.

Devant l'afflux des visiteurs qui viennent à lui, il est exilé en 407, sur ordre impérial (l'impératrice Eudoxie), à Pithyos, sur la mer Noire, aux confins de l'empire. Affaibli par la maladie, Jean meurt au cours du voyage près de Comana dans le Pont (Turquie).

Il était vénéré à Sauze.