Nouvelle Présentation

Saint Benoît

Soumis par JPB le mar 04/08/2020 - 15:18
Eglise Saint Benoît de Bonson

480 ou 490 -547

Culte

Fêté le 11 juillet (San  Benet), il est le patron des ouvriers agricoles, des ingénieurs civils, des chaudronniers (cuivre), des mourants, des fermiers. Il est invoqué contre les piqûres d'orties, le poison, l'érysipèle, la fièvre, les tentations mais aussi pour la pluie. C'est le symbole de l'ermite fondateur du monachisme.

Attributs

On le représente vêtu de noir avec une clochette, un livre avec la Règle Bénédictine, un corbeau avec du pain, une crosse, un calice avec des serpents, une grotte, un tamis cassé (qu'il aurait réparé).

Hagiographie

Sa biographie est surtout connue par les écrits de Grégoire Le Grand, reprise sous forme résumée par La Légende Dorée.

Jeune noble de Nursie en Ombrie, à 15 ans, on l'envoie à Rome faire ses études. Les tentations sont trop grandes à Rome. Accompagné de sa nourrice, Benoît s'enfuit: c'est à ce moment que se situe l'épisode du tamis ou crible qu'il répare miraculeusement. Il part dans une caverne de Subiaco où un ermite accepte de lui servir de guide dans sa quête de Dieu.

Benoît y médite et et soumis à des épreuves comme celle pendant laquelle il se roule dans les orties pour résister à la tentation charnelle. Remarqué pour sa dévotion, les moines d'un monastère voisin l'invitent à devenir leur Père Abbé. Il veut les sanctifier et les réformer. Ils sont décontenancés et tentent de l'empoisonner. Il retourne à sa caverne de Subiaco où des disciples mieux intentionnés viennent le rejoindre.

Il les organise en prieuré et c'est ainsi que nait la Règle bénédictine. La jalousie d'un prêtre les en chasse, lui et ses frères, et ils se réfugient au Mont-Cassin qui deviendra le premier monastère bénédictin. Saint Maur, fils d'un sénateur romain, fut confié à Saint Benoît, dont il devint le plus proche disciple et vécut avec lui à l'abbaye du Mont-Cassin. Selon la légende, Saint Benoît l'envoya en Gaule où il fonda l'abbaye de Glanfeuil, première abbaye bénédictine d'Anjou. Au VIème siècle il releva l'abbaye de Marmoutier dans l'Indre-et-Loire, appelée en son honneur "Mauri Monasterum" (le monastère de Saint Maur), nom qui fut transformé plus tard en Marmoutier. Saint Maur y introduisit la réforme bénédictine.

Saint Benoît meurt la même année que sa soeur jumelle, Sainte Scholastique. Ramenées vers le VIIe  d'une manière assez frauduleuse, leurs reliques sont désormais sur les bords de la Loire, à Fleury sur Loire, devenu Saint Benoît sur Loire.

Photo: retable de Saint Benoît (au centre) dans l'église Saint Benoît de Bonson