Visitandines

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Vous désirez connaître le patrimoine d'un lieu du Haut Pays Niçois (vallées du Var, de la Tinée, de la Vésubie, de la Bévéra et de la Roya).  www.montnice.fr. offre 1000 pages d'information.

Mise à jour
25-11-2016

Visitandines

1610

Règle

Ordre religieux  en communauté dans un couvent selon la Règle de Saint Augustin et qui accueille toutes les femmes. Habit:noir, scapulaire blanc et voile noir.

Origine

L’ordre de la Visitation Sainte-Marie est l’ordre religieux des Visitandines. Celui-ci fut fondé en 1610 par Saint François de Sales et Sainte Jeanne de Chantal à Annecy.
En 1604, Jeanne-Françoise Frémyot, baronne de Chantal, jeune veuve de 28 ans et mère de 4 enfants, rencontre à Dijon l'évêque de Genève, François de Sales. Entre eux, va s'établir une grande amitié spirituelle, qui va la pousser à venir s'installer près de lui à Annecy et à fonder l'ordre de la Visitation Sainte Marie. Les religieuses auraient comme tâche principale de visiter malades et pauvres et les réconforter (d'où leur nom de Visitandines).

Histoire

En  1615 il y a la fondation du second monastère de l’Ordre à Lyon. Dès lors, Jeanne de Chantal est appelée supérieure et fondatrice partout en France. Elle est élue supérieure douze fois dans neuf communautés. Elle visite et entretient des relations épistolaires avec le plus grand nombre de monastères Le 13 décembre 1640 à la mort de Jeanne de Chantal, l'Ordre compte déjà 87 monastères.

Sainte Marguerite-Marie Alacoque fut au XVIIe une mystique de l'ordre des Visitandines. En août 1792, l’ordre de la Visitation, comme tous les ordres religieux, est interdit en France. En 1805, l’Ordre est rétabli en France par Napoléon Ier sur la demande de sa mère Madame Laetitia. 51 monastères sont rétablis et 14 nouvelles fondations sont enregistrées avant 1850.
A Nice le Chevalier Janus de Sales (frère de Saint François)  obtint l'installation des Visitandines à Nice en 1635 qui y fondèrent un couvent dans le Vieux Nice au cours Saleya. L'Hospice de la Providence fondé par le chanoine Eugène Spitalieri de Cessole prendra sa place après la Révolution. Il reste la chapelle rénovée en centre culturel.