Ces saints sont choisis pour protéger de manière prophylactique selon la tradition locale ou pour remercier de leur intercession. Leur biographie est  imprégnée de récits légendaires parfois repris ici selon leur hagiographie locale ou la plus usuelle.

Sainte Marguerite Marie Alacoque

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Mise à jour
27-11-2016
En haut à droite église Saint Nicolas de Châteauneuf d'Entraunes.

Sainte Marguerite Marie Alacoque

XVIIe

Culte

Fêtée le 16 octobre.

Attributs

Habit de visitandine (noir, scapulaire blanc et voile noir) avec l'image du sacré-cœur en main ou agenouillée devant l'apparition du Sacré-Cœur.

Hagiographie

1647-1690

Marguerite fait preuve dès l'enfance d’une dévotion particulière envers le Saint-Sacrement. A l’âge de neuf ans, elle pratique en secret des mortifications sévères, avant que la paralysie ne la cloue au lit pendant quatre ans. À la fin de cette période, ayant fait le vœu à la Vierge de se consacrer à la vie religieuse, elle se serait retrouvée guérie sur-le-champ. En reconnaissance, le jour de sa confirmation, elle ajoute le prénom « Marie » à son prénom de baptême.

Devenue orpheline de père, elle est recueillie avec sa mère chez des parents qui les tourmentent. Marguerite-Marie trouve son réconfort dans la prière, et c'est alors qu'elle aurait ses premières visions de Jésus Christ.  Quand elle a dix-sept ans, sa famille peut récupérer son bien et sa mère lui confie son désir de l’établir dans le monde. Alors, bien que régulièrement meurtrie par les pénitences qu’elle s’impose, elle commence à participer aux activités mondaines. Mais elle visite plusieurs couvents, et entre dans celui de la Visitation de Paray-le-Monial, à l'âge de 24 ans.

De santé fragile, elle n'en continue pas moins ses flagellations. Peu après son entrée au monastère, elle reçoit, d'après son propre témoignage, plusieurs apparitions du Christ. Dès lors, Marguerite-Marie se dit investie par Jésus de la mission d'établir une dévotion particulière envers le Sacré-Cœur.

Ces manifestations lui valurent d'être mal considérée par le reste des membres de la communauté, qui la traitaient de «visionnaire», au point que sa supérieure lui intima l'ordre de se plier à la vie commune. Mais Marguerite-Marie établit la pratique de l'Heure Sainte, qui pour elle consiste à prier, étendue par terre, le visage contre le sol depuis onze heures du soir jusqu'à minuit le premier jeudi de chaque mois, puis à recevoir le lendemain la Communion. Au cours de sa dernière maladie, elle refusa tout soulagement et elle mourut en prononçant le nom de Jésus.

Ses restes reposent dans la chapelle de la visitation à Paray-le-Monial.

Voir en haut à droite: représentation dans l'église Saint Nicolas de Châteauneuf d'Entraunes.