Saint Sépulcre

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Vous désirez connaître le patrimoine d'un lieu du Haut Pays Niçois (vallées du Var, de la Tinée, de la Vésubie, de la Bévéra et de la Roya).  www.montnice.fr. offre 1000 pages d'information.

Mise à jour
25-11-2016
Ordre du Saint Sépulcre de France

Photo: Croix quintuplées de l'ordre du Saint Sépulcre.

Saint Sépulcre

1099

Leur premier habit était blanc, mais, après la perte de tous leurs établissements de l'Orient, ils prirent, en signe de deuil, l'habit noir qu'ils ont conservé par la suite. Les chanoines portaient une croix cousue sur leur habit, c'est la croix patriarcale latine à double traverse écarlate.

Règle

Ordre  religieux avec la Règle de Saint Augustin créé par Godefroy de Bouillon pour protéger le Saint Sépulcre. Il fut supprimé en 1489.

Origine

Lors de la première croisade, le duc de Basse-Lotharingie, Godefroy de Bouillon, est au premier rang lors de la prise de Jérusalem en 1099. Les deux premiers sont Letold et Gilbert de Tournai, puis vient Godefroy et son frère Eustache. C'est comme avoué du Saint-Sépulcre, qu'il constitue, sur le modèle d'un chapitre de chanoines qu'il avait fondé à Anvers avant son départ en croisade, un chapitre du Saint-Sépulcre pour protéger le tombeau du Christ et organiser la vie spirituelle en assistant le patriarche. Des croisés, restés en Terre sainte, mettent spontanément leurs armes au service des chanoines pour protéger et défendre le Saint-Sépulcre. En adoptant la règle de saint Augustin en 1114, le chapitre devient ordre régulier sous le nom d'ordre du Saint-Sépulcre avec la reconnaissance du pape Pascal II.

Histoire

Confirmé comme ordre religieux, l'ordre du Saint-Sépulcre essaime dans tous les États latins d'Orient en s'installant à Jaffa, à Acre, au mont des Oliviers, à Bethléem, au mont Thabor, entre autres ; les patriarches de Jérusalem, que servaient les chanoines, étaient parmi les plus gros propriétaires terriens du royaume de Jérusalem, plus du quart de la ville sainte leur appartenait.  La notoriété de Jérusalem permit à l'ordre de se répandre en Occident dans tous les pays de la chrétienté. Ces chapitres du Saint-Sépulcre établis en France, Allemagne, en Pologne, en Angleterre, en Espagne et aux Pays-Bas, étaient tous rattachés à la maison mère, ils observaient la même règle de saint Augustin et ils avaient la même liturgie.

De la même manière et pour les mêmes raisons, de jeunes pèlerins s'engageaient dans la confraternité des milites sancti Sepulcri, les chanoines leur prodiguaient les bienfaits de la religions et en échange ils apportaient à l'ordre la force de leurs armes. Avec la défaite à la bataille de Hattin, le 4 juillet 1187, les francs vont perdre une grande partie des États latins avec Jérusalem. L'ordre du Saint-Sépulcre rejoint alors Saint-Jean-d'Acre.

C'est la négociation entre Richard Cœur de Lion et Saladin à la fin de la troisième croisade qui permit aux pèlerins d'avoir accès Jérusalem et à l'Ordre de continuer sa mission apostolique. Mais la prise définitive de Saint-Jean-d'Acre le 18 mai 1291 oblige l'ordre à se replier sur l'Occident. Obligé de quitter la Terre sainte, l'ordre du Saint-Sépulcre se replie principalement au prieuré de Saint-Luc à Pérouse ou dans divers établissements d'Occident comme celui d'Orléans fondé par Louis le Jeune à son retour de la deuxième croisade. Le grand prieur de Saint-Luc prit alors le titre de maître de l'ordre. Mais en 1330, quand Jean XXII officialise la présence chrétienne en Terre sainte, c'est aux franciscains et non à l'ordre du Saint Sépulcre qu'il en confie la charge.

Pour favoriser l'esprit de croisade et la reconquête du tombeau du Christ, Innocent VIII décide de la suppression de l'ordre du Saint-Sépulcre pour le rattacher à l'ordre des Hospitaliers avec dévolution de tous les biens. L'ordre sera refondé en 1868.