Ces saints sont choisis pour protéger de manière prophylactique selon la tradition locale ou pour remercier de leur intercession. Leur biographie est  imprégnée de récits légendaires parfois repris ici selon leur hagiographie locale ou la plus usuelle.

Saint Pierre de Nolasque

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Mise à jour
27-11-2016
Eglise Saint Michel de Venanson

Saint Pierre de Nolasque

1189-1256

Culte

On le fête le 31 janvier, fête locale.

Attributs

Biographie

La notoriété de l'Ordre a permis d'avoir des textes sur sa biographie. Pierre Nolasque est né dans une famille noble et ancienne du Languedoc, dans l'arrondissement de Lauraguais. Il était le fils d'Henri de Nolasque, chevalier normand. Son grand-père, Robert II de Nolasque, était seigneur de Verson en Normandie.

Ce fut dans ce lieu que naquit Pierre de Nolasque, vers l’an 1189, Clément III étant pape, Frédéric Barberousse empereur et Philippe Auguste roi de France. Âgé de quinze ans, quand il perdit son père, il demeura sous la conduite de sa mère qui prit en charge son éducation.

Il suivit Simon de Montfort, général de la croisade contre les Albigeois. L’armée catholique gagna la bataille de Muret, sur les troupes des comtes de Toulouse, de Foix, de Comminges, et de Pierre, roi d’Aragon. Ce dernier y fut tué, et son fils Jacques, fait prisonnier. Simon Montfort, touché du malheur de ce jeune prince, qui n’avait que six ans, le prit sous sa protection, confia son éducation à Saint Pierre Nolasque, et les envoya tous les deux en Espagne.

Pierre n’avait alors que vingt-cinq ans; il édifia la cour d’Aragon par ses vertus. À la suite d'une vision qu'il eut de la Vierge, dans la nuit du 1er au 2 août 1218, il fonda avec Saint Raymond de Penyafort l'Ordre de Notre-Dame de la Merci, pour le rachat des captifs chrétiens, avec le soutien de Jacques Ier d'Aragon. Le pape Grégoire IX approuva la création de l'ordre en 1235 et leur donna la règle de Saint Augustin. En plus des trois vœux habituels de pauvreté de chasteté et d'obéissance, les membres de cet ordre, surtout présents en Espagne, s'engageaient, par un quatrième vœu, à demeurer comme otages si cela était nécessaire pour la délivrance de leurs frères chrétiens, quand ils n'avaient pas l'argent nécessaire pour les racheter. Ce vœu correspondait particulièrement à l'époque, où les pirates barbaresques capturaient des chrétiens et les revendaient comme esclaves en Afrique. Son successeur comme maître de l'Ordre fut Saint Raymond Nonnat.

Photo JPB: Saint Pierre de Nolasque à gauche sur le tableau de l'autel de la Miséricorde de l'église Saint Michel de Venanson.