Eglise N-D de l'Assomption Saint Martin Vésubie

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Vous désirez connaître le patrimoine d'un lieu du Haut Pays Niçois (vallées du Var, de la Tinée, de la Vésubie, de la Bévéra et de la Roya).  www.montnice.fr. offre 1000 pages d'information.

Mise à jour
07-12-2016
Eglise N-D de l'Assomption Saint Martin Vésubie

Eglise paroissiale Notre-Dame de l'Assomption Saint-Martin Vésubie 

1694

L'église est connue au XVIe mais l'édifice actuel date de 1694 comme l'indique une date sur la façade (apparue en 1990 au moment de la restauration de la façade). Elle est située sur l'emplacement de l'ancien castrum médiéval. On pense que la pierre avec les deux têtes sculptées à la base du clocher est une représentation celtique (la tradition locale y voit un souvenir d'ouvriers morts pendant la construction mais il faut lire l'étude des têtes humaines: www.archeo-alpi-maritimi.com

Le grand incendie de 1470 aurait causé la destruction de l'édifice médiéval, dédié à Saint Martin, datant probablement d'avant 1200. Le bâtiment actuel est reconstruit pendant la période baroque du Comté de Nice. Le clocher, roman lombard tardif, aurait été reconstruit sur une base du XVIe.

Lire: Passeurs de mémoire CG06 et Carnet N°3 Amont.

Photos JPB

A voir:

L’église de Saint-Martin possède 4 travées et 2 travées du choeur,  2 collatéraux, un chevet plat et 7 chapelles latérales  (en tournant dans le sens des aiguilles d'une montre à partir de l'entrée):

3 chapelles côté Evangile (gauche):

Autel du Couronnement de la Vierge, anciennement des Filles, revendiqué par la Confrérie des Enfants de Marie en 1906.

              Huile sur toile: Assomption de la Vierge couronnée par la Trinité, non signé, XVIIe.

              -2 tableaux sur les côtés, sur toile:

                                         Prophète  Note Elie au Masque, XVIIIe.

                                         Sainte Claire d’Assise et Sainte Thérèse d' Avila, XVIIIe.

Autel de Saint-Louis de Gonzague, anciennement des Enfants, revendiqué par la Confrérie des Enfants en 1906.

             Huile sur toile: Saint Jean l’Evangéliste et saint Louis de Gonzague, non signé, XIXe.

               -2 tableaux sur les côtés, non signés: On peut lire le nom des saints sur le bandeau du bas.

                          Saint Pierre et Saint Martin, vers 1500.

                          Saint Jean L’Evangéliste et Sainte Pétronille, vers 1500,  attribués à Louis Bréa.

​​Entre le XIIIe siècle et la reconstruction-restauration connue à la fin du XVIIe siècle, intervient la création d’un retable, dont nous ne connaissons plus aujourd’hui que deux panneaux. Cette œuvre est attribuée, du moins en ce qui concerne les visages, à Ludovic (Louis) Bréa. Les drapés des personnages semblent d’une autre main.

De la composition d’origine, nous ne connaissons rien.  

Autel du Rosaire, qui appartenait auparavant à la famille De Gubernatis. Elle est restaurée en 1697 par son propriétaire, Jérome-Marcel, et dotée alors de l’admirable retable en bois sculpté

                          2 statuettes sculptées en bois polychrome:

                                   Saint Dominique, XVIIe.

                                  Sainte Catherine de Sienne, XVIIe.    

Autel du Sacré-Cœur, qui jouxte la base du Clocher.

                     Huile sur toile Crucifixion, avec la Vierge, Madeleine et Jean (XVIIIe).

                     Huile sur toile Saint Antoine ermite et plusieurs saints: Antoine de Padoue, Grégoire et Ambroise (?) (XVIIIe) côté choeur.

Maître-autel:

                     Huile sur toile, Assomption de la Vierge ( XVIIIe après 1750) qui rappelle la dédicace de l'église, bien que le dogme soit de 1950. Selon Grégoire de Tours, Jésus reçoit l'âme de Marie. Sa restauration prévue pourra nous donner des précisons sur la représentation.

A gauche:

                    Huile sur toile, Saint Philippe Néri avec Charles de Borromée et deux autres saints implorant la Vierge(XVIIIe).

                    Huile sur toile, Nativité de Saint Jean Baptiste on aperçoit Joachim écrivant, XVIIIe-XIXe.

A droite:

                      Huile sur toile Vierge en Notre-Dame du Mont Carmel donnant  le scapulaire à Simon Stock et l'Enfant-Jésus à Thérèse d'Avila (XVIIIe). Une restauration est programmée.

                      Huile sur toile Adoration des Bergers  (XVIIIe).

Au plafond on peut voir des peintures dont une représentation du village au XVIIe.

4 chapelles côté Epître (droite):

Contre la chapelle des Ames du Purgatoire est conservée pendant l’hiver la statue sacrée de la Madone de Fenestres, véritable trésor de l'église:

- Statue en cèdre du Liban polychrome (du XIVème siècle): assise, paraissant debout, avec l'Enfant Jésus sur les genoux, la main droite levée un globe en main et l'autre tenant un livre, en robe avec un manteau. La statue est montée en procession au sanctuaire en été. Il existe 3 copies de la statue: XVIIe (dans la sacristie ou exposée), XVIIIe et une copie du XXe.

Autel des Ames du Purgatoire Note, revendiqué en entier par Eugène Raiberti:

                -   Huile sur toile des Ames du Purgatoire, protégées par la Madone et soulagées par Saint Antoine de Padoue (XVIIe).

                                -2 tableaux sur les côtés:

                                     Vierge aux Cerises (Fuite en Egypte), XVIIe, imitation d'un tableau de Federico Barocci (1573- Vatican).

                                   Tableau naïf de la Nativité.

Autel de Saint François-Xavier, revendiqué par Joseph Cagnoli avec un tabernacle en bois doré.

                              -2 tableaux sur les côtés :

                                  Présentation de la Vierge au Temple (XVIIe).   

                                  Adoration des Mages   avec Melchior, âgé qui offre l'or,  Gaspard, plus jeune qui apporte l'encens, et Balthazar noir le plus jeune qui offre la myrrhe (XVIIIe).

Autel de l'Annonciation: Grand tableau, au milieu, sur toile L’Annonciation de la Vierge. Devant d’autel en bois sculpté représentant Les Quatre Evangélistes.-

                                      Huile sur toile La mort de Saint Joseph.  

                                      Huile sur toile  Prophète Moïse (XVIIIe).

Autel de Saint Joseph, patron de la Bonne Mort et des Métiers du bois, huile sur toile. Mort de Saint Joseph avec le Christ, XVIIIe siècle, imitation de Carlo Maratta (1676- Vienne) avec en plus Denis l'Aéropagite et Roch .

                                 - 2 petits tableaux sur les côtés:

                                          Toile en mauvais état ?

                                            Sainte Agathe et Sainte Catherine d'Alexandrie (XVIIIe).

Coordonnées
44.068, 7.256
Zone Géographique
Vésubie (Haute)