Coaraze

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Mise à jour
23-11-2016

Coaraze 

de cauda rasa, “ queue rasée ”?

En 1108, le nom de Coaraze est mentionné pour la première fois dans un document «Caudarasa » même si des "tegulae" (tuiles) retrouvées au Villard indique une occupation plus ancienne. Le premier seigneur de Coaraze, connu, Paul Chabaud s'oppose à la fin du XIIIe siècle, à la communauté qui ne respecte plus les règles du jeu féodal. Aussi, un procès est-il intenté aux coaraziens. La sentence est rendue le 13 décembre 1282: la communauté est reconnue fautive et les syndics contraints de demander pardon à genoux avec la corde au cou.

Le 24 janvier 1325, Paul Chabaud vend son fief de Coaraze au comte de Provence pour une somme de 2000 livres provençales. Le 24 janvier 1329, la communauté achète les biens féodaux que le comte possède sur le territoire de Coaraze moyennant le paiement annuel de 44 livres provençales. Coaraze a un nouveau seigneur en 1331: le 11 décembre, un notaire niçois, du nom de Daniel Marquésan est investi des trois quarts de la seigneurie. Le quatrième quart lui sera octroyé le 10 juillet 1338.

Les Marquesan, à titre de seigneurs indivis ou de co-seigneurs resteront présents à Coaraze pendant quatre siècles. Dès avant 1348, Coaraze construit une nouvelle église dédiée à Saint Jean Baptiste.

En 1388, Coaraze, avec tout le Pays de Nice, se détache de la Provence et passe sous la domination de la maison de Savoie. Daniel Marquésan est un des rares nobles locaux à prendre partie pour la nouvelle dynastie.

Le 5 juillet 1473, à la suite d'un différend qui oppose des particuliers de Coaraze et de Rocasparviera, des arbitres sont chargés de fixer de manière définitive les confins des deux terroirs voisins. A partir de cette date la ressource économique principale est l'olivier et celui-ci donne des récoltes aléatoires ce qui engendrera des conditions de vie très difficile.

En 1618 ( ou 1617 ?), un tremblement de terre ravage les vallées de la Vésubie et du Paillon. A Coaraze, de nombreuses maisons et sans doute l'église s'écroulent. Le village, gravement sinistré, est rebâti à la hâte.

A nouveau le tremblement de terre de 1887 a provoqué d'importants dégâts.

La place du château est le lieu de l'emplacement de l'ancien château et le village s'est constitué en cercle autour de celui-ci et il en a conservé la configuration.

Photos JPB.

Source:  www.coaraze.eu (Guy Peglion)

Lien:   Nice Historique 1924 N°4 (Louis Cappatti)

Particularités: les Cadrans solaires de Cocteau, Valentin, Mona Christie, Douking, Ponce de Léon, Henri Goetz,Sosno... exposés dans le village.

Coordonnées
43.864, 7.2947
Zone Géographique
Paillons (Les)
Cartographie ancienne
Carte de Coaraze 1866

Carte de Coaraze 1866