Carmes

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Vous désirez connaître le patrimoine d'un lieu du Haut Pays Niçois (vallées du Var, de la Tinée, de la Vésubie, de la Bévéra et de la Roya).  www.montnice.fr. offre 1000 pages d'information.

Mise à jour
25-11-2016
Notre Dame l'Assomption à Saint-Martin Vésubie: Simon Stock et Thérèse d'Avila

Photo JPB Huile sur Toile de Notre Dame l'Assomption à Saint-Martin Vésubie: Simon Stock et Thérèse d'Avila

L'Ordre du Carmel ou Carmes et Carmélites

1209

Ils portent une robe de couleur de nuance marron plus une cape rayée au début d'où leur surnom de frères rayées, par la suite cette cape fut blanche. Ses membres sont appelés Carmes (pour les hommes) et Carmélites (pour les femmes). Intégralement contemplatif à l'origine, l'Ordre du Carmel est aujourd'hui divisé en une branche apostolique (Carmes, quelques carmélites apostoliques) et une branche contemplative (Carmélites).

Règle

Ordre mendiant contemplatif (cloîtré) ou apostolique (ouvert)  menant une vie religieuse en communauté dans un couvent selon la Règle du Carmel.

Origine

Au moins dès le XIIe siècle, des hommes s'inspirant du prophète Élie vivent en ermites dans les grottes du Mont Carmel. Albert Avogadro, patriarche latin de Jérusalem, leur donne une règle de vie vers 1209. Cette règle, constituée de quelques thèmes majeurs empruntés à la Bible, est centrée sur la prière.

Le siège de Jérusalem en 1187, qui achève la reconquête de la Palestine par Saladin, incite les chrétiens venus d'Occident lors des croisades à partir. De retour en Europe en 1238, ils vivent de plus en plus dans les villes où ils constituent de petites communautés. Le supérieur général des Carmes, Saint Simon Stock, met la communauté sous la protection de la Sainte Vierge en 1245 sous le nom d'Ordre de Notre Dame du Mont-Carmel (fête le 16 juillet). En 1247, l'ordre mendiant qu'est le Carmel est organisé par le pape Innocent IV.

Histoire

Des femmes proches de ces communautés de Frères sont attirées par leur vie de prière. Ainsi par exemple, des béguinages aux Pays-Bas donnent naissance à des monastères de carmélites dans la seconde moitié du XVe siècle. Jean Soreth, frère du couvent des Carmes de Caen, supérieur de l'Ordre du Carmel de 1451 à 1471, s'efforça de convaincre ses Frères de mener une vie religieuse plus rigoureuse et travailla à la transformation de quelques béguinages des Pays-Bas en monastères de carmélites. Le mouvement ainsi lancé se répandit en Italie, en Espagne et en Bretagne avec la duchesse de Bretagne Françoise d'Amboise. Celle-ci épouse le duc de Bretagne à l'âge de 15 ans. Veuve à 30 ans, elle fonde un couvent de carmélites près de Vannes avec l'aide de Jean Soreth et y prend l'habit.

L'Ordre du Carmel est porteur d'une tradition spirituelle riche, qui a une grande importance pour l'Église catholique tout entière, notamment grâce à plusieurs docteurs de l'Église issus de l'Ordre: Thérèse d'Avila, Jean de la Croix, Thérèse de l'Enfant-Jésus (de Lisieux). Ils sont spécialement connus pour leur enseignement sur la prière ou l'oraison, mises en valeur au Carmel.

Les Carmes (« Chaussés » ou « Grands Carmes », et « Déchaussés »), contrairement aux carmélites, ne vivent pas cloîtrés, mais exercent un apostolat à l'extérieur de leurs couvents; ce qui fait qu'ils ne sont pas considérés comme contemplatifs au sens strict, ni comme moines. Mais ils ont conservé quelques aspects de la vie monastique: ils observent un certain silence et se livrent au jeûne et à la prière. Au Moyen Âge, ils portaient une robe brune et une chape blanche avec des barres de couleur brune, d'où le nom de Barrés qu'on leur donnait aussi. Les Carmélites, religieuses qui suivent la règle du Carmel, sont par contre pour leur grande majorité des contemplatives, dont la vie est intégralement orientée vers la prière, sans apostolat extérieur.

Les Carmes sont présents à Nice dès 1249 sur le site de l'actuelle rue Paradis et un autre au Puy des Carmes (Colline du Château) au XVe. Un couvent de carmélites installé à Saint Etienne de Tinée s'est déplacé à Sospel en 1755. Il ne servit que quelques années et il en reste des ruines.