Blog du mois

Martin du pont

Lors de la christianisation les chrétiens prennent le prénom d’un saint. Les familles nobles y joignent un nom provenant d’un usage héréditaire. Ainsi au XIIe progressivement toute la population adopte un prénom et un nom. Martin qui habite près du pont devient Martin Dupont.

La vie de tous les jours est ainsi placée sous le signe des saints. Les communes ayant pris le nom de saint Martin (de Tours) sont 237 en France. Les quartiers des grandes villes ont souvent gardé le nom de la dédicace des chapelles qui y étaient implantées.

Dès le XVème siècle il est interdit de changer de nom sans autorisation royale mais ni la graphie ni la prononciation ne sont figées et le droit coutumier prévaudra jusqu’à nos jours. Dupont et Dupond pourraient être issus d’une même lignée mais ancienne.

Les cartulaires et chartes du moyen-âge contiennent les noms en latin puis au XVIème siècle on mélangea le latin avec le dialecte, puis les noms furent italianisés.

En effet jusqu’en 1860 dans le Comté de Nice l’état civil était constitué par les registres des paroisses en langue italienne. La transcription des noms est aléatoire et fonction des prononciations et de la graphie. Mais suite à l’annexion en 1860 c’est la législation française et la langue française qui s’appliquent. Aux registres paroissiaux s’ajoutent les registres des mairies. La transcription en français de noms prononcés en gavot pour la Vésubie et enregistrés en latin puis en italien provoqua quelques incongruités. On comprend que certaines familles de même origine n’aient pas le même nom ou mieux aient voulu changer l’orthographe de leurs noms.

Note : Le c devant e et i se prononce tch en italien alors que le ch est équivalent au k.

Jean-Pierre Bouret www.montnice.fr

Jean-Pierre Bouret

Rubrique N° 42 du mois de juin 2018.

Sur les chemins du patrimoine, en devisant...

A consulter sur Le Portail Vésubien Portail vesubien