Blog du mois

Fodéré, un rapporteur à contretemps.

Nommé professeur à Nice sous la Révolution à 31 ans en 1795. il parcourt à pied le haut pays et rédige une statistique sous le titre Voyage aux Alpes-Maritimes...  Mais François-Emmanuel Fodéré n’accepte pas les conditions de publication du préfet de l'époque, nous sommes sous le Directoire, et l’ouvrage n’est pas édité.

Il avait étudié la médecine à Turin et obtenu le titre de docteur. Une bourse du roi Victor-Amédée III de Sardaigne et duc de Savoie, lui permet d’étudier la médecine légale à Paris en 1792. Il est considéré comme un des initiateurs de la médecine légale. Il s’engage pendant la révolution dans l’armée des Alpes.

Son livre contient des observations sur les conditions sociales dans la région niçoise au début du XIXe, de nombreuses données diverses sur l'agriculture, l'élevage et les productions, mais ses digressions comparatives sont beaucoup moins intéressantes.

Lorsque la chaire de médecine légale à Strasbourg est vacante en 1814, Fodéré, à l’âge de 50 ans, est nommé à cette chaire qu’il gardera jusqu'à sa mort en 1835.

Quand il publie en 1821 son livre à compte d’auteur, les conditions historiques sont complétement différentes. Le Comté de Nice est redevenu sarde. L’ouvrage apparait décalé.

Note : Ses publications sont nombreuses. Il y a des mémoires sur les sujets les plus variés : le crétinisme, le goitre, le choléra, le typhus…, en général sur les maladies des montagnards. Il fut aussi un botaniste reconnu. Devenant aveugle il dicta ses dernières notes à ses enfants.

Jean-Pierre Bouret www.montnice.fr

Jean-Pierre Bouret

Rubrique N° 44 du mois de août 2018.

Sur les chemins du patrimoine, en devisant...

A consulter sur Le Portail Vésubien Portail vesubien