De 1860 à nos jours :Le département des Alpes Maritimes

Vous désirez connaître le patrimoine d'un lieu du Haut Pays Niçois (vallées du Var, de la Tinée, de la Vésubie, de la Bévéra et de la Roya).  www.montnice.fr. offre 1000 pages d'information.

Mise à jour
26-11-2016
De 1860 à nos jours :Le département des Alpes Maritimes

De 1860 à nos jours: Le département des Alpes Maritimes

La France intégrera le Comté de Nice comme si c'était une ancienne province détachée mais en réalité la population était profondément identitaire avec ses particularismes. La greffe prendra à cause de l'opportunité économique mais le sentiment d'appartenance à  la nation française sera plus long à se forger. La tentation du séparatisme ("irrédentisme") sera assez vite dissipée.

Le programme d'investissement dans le Haut Pays sera particulièrement important: amélioration du réseau routier qui commence (Var en 1868, Tinée en 1870, Vésubie en 1871), immeubles municipaux (notamment les mairies), installations militaires. Le tourisme va gagner l'arrière pays. C'est Elisée Reclus, un géographe, qui évoque "la petite Suisse du niçois" en 1864. Cette expression sera reprise sous la forme Suisse Niçoise.

Pendant cette période de 1860 à 1914 Nice va attirer une immigration des provinces françaises, de l'Italie et surtout de la population du Haut Pays ce qui va créer une désertification progressive.

Au cours de la première guerre mondiale les combats se déroulent dans le Nord mais  les listes des monuments aux morts dans les villages témoignent de l'impact sur les communautés. La guerre  ancre  solidement l'ancien comté à la France, mais elle  provoquera  des difficultés économiques durables. La politique de Mussolini pendant l'entre-deux guerres créera des divisions au sein de la population. Après l'occupation italienne en 1942, l'occupation allemande en 1943  sera l'occasion d'un renforcement du sentiment national.

Des faits de résistance se dérouleront dans la plupart des communes du Haut Pays. Les affrontements en Roya et à l'Authion seront de véritables faits de guerre. Castellar, Fontan, Saorge, Breil, Tende, Moulinet, Sospel  seront évacués ou détruits en 1944. La population ne pourra revenir qu'en 1945.

En 1947 Tende et La Brigue avec les terres de chasse du roi Victor-Emmanuel II  intégreront la France. Des  litiges frontaliers se poursuivront jusqu' à nos jours.

L'arrière pays a une densité de population qui diminue au fur et à mesure que l'on s'éloigne vers le Nord du département pour être 100 fois plus faible que sur le littoral. L'évolution démographique est contrastée et très variable. La charge du maintien du patrimoine est donc très dépendante des instances territoriales. Il faut espérer que les nouvelles structures intercommunales (Métropole, communautés d'agglomération, communautés de communes) favorisent les actions en faveur de ce maintien.