1792-1860: du Comté aux Alpes Maritimes…

Vous désirez connaître le patrimoine d'un lieu du Haut Pays Niçois (vallées du Var, de la Tinée, de la Vésubie, de la Bévéra et de la Roya).  www.montnice.fr. offre 1000 pages d'information.

Mise à jour
26-11-2016
92-1860: du Comté aux Alpes Maritimes…

1792-1860: du Comté aux Alpes Maritimes…

Les Français envahissent le Comté mais sont arrêtés à l'Authion. Par contre ils gagnent à Gilette et occupent le Comté. Dans le Haut Pays les combats seront sanglants notamment à l'Authion. Victor Amédée III  meurt en 1796, année du Traité de Paris qui cède le Piémont, la Savoie avec le Comté de Nice à la France. C'est durant cette période que les Barbets forment des milices irrégulières incontrôlables. Sorte de soldats contre-révolutionnaires ils deviendront  avec  le temps  des héros ou des brigands selon les points de vue. La chasse aux Barbets sera prétexte de nombreuses exactions de la part des troupes révolutionnaires et les descentes des barbets dans certains villages seront mal vécues.

Les idées révolutionnaires sont en contradiction avec le sentiment profond de la population et cette première période française est un échec. En 1814 le Comté de Nice est de nouveau dans les états sardes mais ceux-ci ont gagné Gênes au traité de Vienne. Nice va perdre de son importance aux yeux des Savoie. De 1792 à 1814 (22 ans) le Comté aura été un département français ce qui ne sera pas sans conséquence sur les sentiments de la population niçoise.

Victor Emmanuel Ier veut restaurer une monarchie absolue mais une révolution éclate à Turin. Charles Félix, son frère, qui lui succède réprime durement les insurgés. L'idée de l'unité italienne fait son chemin et le Piémont déclare la guerre à l'Autriche qui occupe les états italiens (Le niçois Garibaldi va y participer). Mais battu, Charles Félix abdique en 1849. Victor Emmanuel II, un lointain cousin, va lui succéder et reprendre la construction de la nation italienne.

Cependant le Comté de Nice devenu la Division de Nice reste à l'écart et connait une période tranquille avec un début d'activité touristique. Mais l'orientation trop anticléricale de Turin, surtout l'absence de développement routier et la fin du port franc préparent  les esprits à l'annexion de 1860 par la France. Délaissé par le Piémont, Nice regarde déjà vers l'autre côté du Var.

L'annexion, la réunion ou le rattachement de 1860

Annexion est le terme utilisé pour le plébiscite, réunion celui du traité  et rattachement celui qui sera utilisé par les autorités. Le ministre de Victor Emmanuel II, Cavour, va orchestrer la politique de réunification de l'Italie. Il conclut un accord secret à Plombières avec Napoléon III en 1858. En échange de l'aide de la France contre l'Autriche il cède la Savoie. Mais un traité secret de 1859 ajoute Nice à l'accord. Cependant les victoires de Magenta et Solferino sont trop meurtrières et Napoléon III abandonne. Un nouvel accord secret en 1860 conclut à l'approbation d'un rattachement à la France  des populations par un plébiscite en Savoie et dans l'ancien Comté de Nice. L'organisation de celui-ci doit faire en  sorte que ce soit une réussite incontestable.

Le département des Alpes Maritimes naît de l'ancien Comté de Nice sans les territoires de Tende qui sont restés dans le royaume de Sardaigne sous le prétexte de conserver les terres de chasse du roi. En réalité les militaires sardes voulaient garder les crêtes pour assurer la maîtrise de la frontière. On ajoute l'arrondissement de Grasse ce qui fera que le fleuve Var ne traverse plus son département.