Bonne année 2021

Le 2 octobre 2020 la tempête Alex a durement touchée ces vallées dont certaines ont vu leurs paysages être modifiés. Les photos de ce site ont été prises avant cette tempête.

Château de Saint André de La Roche

Soumis par JPB le mer 12/08/2020
Mise à jour
Château de Saint André de La Roche

On peut retrouver trace d'un édifice en 999 (donation de Miron et Odile), puis en 1108 (Guillaume de Rocca). Le château est mentionné pour la première fois en 1624. Le document fait mention d'une donation des biens du chanoine Jules Thaon à son neveu Charles Antoine Thaon à condition de pouvoir habiter au château. La transformation de la maison forte en villa doit probablement dater de cette donation. De fils en fils, avec leurs nobles épouses, les successeurs transforment la forteresse médiévale en agréable «villa» à l'italienne.  En 1671 on trouve un Thaon de Revel premier Consul à Nice, tout comme en 1748,1765 et 1776. De 1780 à 1787 un autre est Gouverneur Général de Nice et du Comté avant de devenir Vice-Roi de Sardaigne.

Mais la Révolution Française vient tout bouleverser et le château est vendu aux enchères en tant que « bien d'immigré » en Germinal an VI de la République. Il est acquis par un géomètre-arpenteur, Scoffier, pour être à nouveau racheté par la famille Thaon de Revel au moment de la Restauration. Lors du rattachement de Nice à la France, en 1860, les propriétaires, très liés à la famille de Savoie, désormais famille royale italienne, optent pour l'Italie et vont s'installer au Piémont.

Le château est vendu à l'Hospice Saint-Paul, passant successivement dans les mains de diverses associations religieuses.

Depuis, le château a servi un peu à tout : école, colonie de vacances, casernement et hôpital militaire pendant les guerres, etc... Il est, depuis plusieurs décennies, la propriété de l'Association des Compagnons d'Emmaus.

Au fond du Val de Banquière, ce bâtiment  barre la route depuis des siècles, le Château de Saint-André. Il s'agit d'une construction s'étalant perpendiculairement au torrent et dont la grande façade, plein sud, surplombe  le village.

Sa forme tout en longueur fait référence au rocher imposant sur lequel il fut construit et qui lui valut son premier nom de «Rocha». Son histoire se perd dans la nuit des temps puisqu'elle coïncide avec celle de la première route du sel. Les murs lourds et anciens du sous-bassement perforés de meurtrières indiquent bien qu'une place forte y était établie. Par contre la partie supérieure, à l'élan décoratif évident tranche avec les murailles guerrières laissant apparaître la transformation en résidence de campagne au XVIIIème siècle.

La loggia (XVIIIe: elle relie le château à la chapelle): de filiation nettement piémontaise, chacune des neuf arcades aveugles comprend un arc cintré reposant sur des piédroits séparés par des rectangles imprimés et creux dans le mur. Une attique s'élève au-dessus des trois travées centrales, servant d'encadrement massif à la devise des Thaon de Revel : « ARMA TUENTUR PAX FECIT LAETOS » (les armes nous défendent la paix nous rend joyeux). Derrière cette imposante façade se trouve la salle d'honneur du château dont la voûte est décorée de sujets mythologiques, (le temps et la mort), elle est reliée à la maison de maître par une galerie ornée de bas-reliefs en stuc d'une indéniable qualité.

Photos JPB

Liens: Nice Historique 2006 N°2 et saintandredelaroche.fr

A voir:

-Tableau Saint André implorant la Vierge (XVIIIe) sur lequel on peut apercevoir le château.

-Décoration baroque des plafonds. On trouve la date de 1775 sur un des décors de salon. Les fresques ont parfois été attribuées aux frères Galliari, mais sans preuve: Bacchus séduit Ariane dans le grand salon. Orchestre de satyres. Le Temps poursuivant la Jeunesse,...

-Les décors de stuc très riches avec des motifs variés et complexes.

Coordonnées
43.7456, 7.2882