Ces saints sont choisis pour protéger de manière prophylactique selon la tradition locale ou pour remercier de leur intercession. Leur biographie est  imprégnée de récits légendaires parfois repris ici selon leur hagiographie locale ou la plus usuelle.

Sainte Elisabeth (de Hongrie)

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Mise à jour
30-01-2018

Sainte Elisabeth (de Hongrie)

1207-1231

Culte

Fêtée le 17 novembre.

Attributs

Elle peut être représentée soit en princesse, soit en tertiaire franciscaine. Elle tient à la main une aumône, un broc, une corbeille de pain, de fruits et des poissons; elle peut aussi avoir un tablier avec des roses.

Hagiographie

Jacques de Voragine dans La Légende Dorée lui consacre un long chapitre. Son procès de canonisation instruit en 1235 a fournit les éléments de son hagiographie.

Élisabeth de Hongrie ou de Thuringe, fille du roi,  vécut de 1211 à 1228 au Château de Wartbourg. Les franciscains allemands lui font découvrir l'esprit de Saint François d'Assise et elle décide alors de se mettre au service des pauvres. Son époux meurt de la peste en 1227. Comme elle refuse d'être remariée, sa famille la chasse avec ses trois enfants.

Son oncle, évêque, calme la famille. Les trois enfants seront élevés par la famille ducale. Élisabeth revêt l'habit de l'Ordre franciscain et prend pour directeur spirituel Conrad de Marburg qui la traite sans ménagement. Désormais elle consacre toute sa vie et son argent aux pauvres pour qui elle fait construire un hôpital.

Elle meurt d'épuisement à 24 ans à Marburg.

Un épisode avec des variantes est rapporté:  Elle portait secrètement du pain aux pauvres d'Eisenach, à pied et seule. Un jour elle  rencontre sur son chemin son mari ou son beau-frère; celui-ci, furieux, lui demanda ce qu'elle cachait ainsi sous son manteau. Elle lui répondit d'abord que c'étaient des roses, puis, se rétractant, elle lui avoua, pour finir, que c'était du pain, et quand  elle ouvre son manteau, il n'y a que des roses. C'est le miracle de Sainte Élisabeth de Hongrie.

A Nice l'Ordre des Sachettes Grises ou Humiliées de Sainte Elisabeth de Hongrie est apparu au XVe.