Ces saints sont choisis pour protéger de manière prophylactique selon la tradition locale ou pour remercier de leur intercession. Leur biographie est  imprégnée de récits légendaires parfois repris ici selon leur hagiographie locale ou la plus usuelle.

Saint Vincent (de Paul)

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Mise à jour
27-11-2016
Eglise de Saint-Blaise

Saint Vincent (de Paul)

1581-1660

Fondateur de la congrégation de la Mission (les Lazaristes) et des Filles de la Charité (Soeurs de Saint Vincent de Paul).

Culte

Fêté le 27 septembre.

Attributs

On le représente avec des enfants en habit d'abbé.

Biographie

Vincent de Paul est né à Ranguines, près de Dax, le 24 avril 1581, dans une famille modeste de paysans. Vincent était le troisième de six enfants. Il fait de bonnes études élémentaires au collège des Cordeliers de Dax.

En 1597 il rejoint l'Université de Toulouse pour étudier la théologie pendant sept ans et est ordonné prêtre en 1600. En 1605, il se rend à Marseille pour un modeste héritage. Sur le retour, par mer, en direction de Narbonne, il aurait été capturé par des pirates. Vincent fut emmené à Tunis, prisonnier, puis vendu comme esclave. Son dernier maître était un renégat originaire de Nice qui repentit se sauva avec Vincent. Ils abordèrent en juin 1607 à Aigues-Mortes d'où ils se rendirent à Avignon.

En 1610 il est aumônier à la cour de la Reine Marguerite de Valois. Il fut pendant quelques mois curé de la paroisse de Clichy, avant d'entrer en 1613 comme précepteur dans la maison d'Emmanuel de Gondi, général des galères de France. Madame de Gondi le prit pour directeur de conscience et précepteur de ses enfants. Elle a joué un rôle décisif dans l'envolée caritative de l'époque.

Entraînée par la ferveur de son aumônier, elle prenait part par ses aumônes et  ses interventions personnelles à son action.

En janvier 1617 Vincent est précepteur dans la famille des Gondi, il a 36 ans. L'assassinat de Concini le fait partir pour évangéliser les gens des campagnes de Châtillon dans la région de Lyon.

Il  y crée la première "Confrérie de la Charité", composée de dames modestes.

Il est nommé aumônier général des galères en 1618. Après la mort de François de Sales en 1622, il devint le supérieur du premier monastère parisien de l'"Ordre de la Visitation Sainte-Marie". Puis en 1625, Madame de Gondi mit à la disposition de Vincent les moyens de fonder, au Collège des Bons-Enfants, une congrégation de missionnaires dont Vincent fut le supérieur.

En 1633 le nom de "Lazaristes" fut donné à cette congrégation car elle établit son siège à l'ancien prieuré Saint-Lazare à Paris. Ce prieuré avait été cédé à la congrégation par les chanoines réguliers de Saint-Victor. "Monsieur Vincent" ne se contenta pas de diriger l'ordre, mais créa avec d'autres personnes plusieurs organisations charitables.

Vincent fut aidé par Marguerite Naseau de Suresnes chargée du service de la "Confrérie de Saint-Nicolas-du-Chardonnet", à Paris, et fut bientôt suivie d'autres jeunes filles, pour la plupart, issues comme elle du milieu rural. Mademoiselle Legras (Louise de Marillac) l'aida à fonder en 1634 "l'Institution des Filles de la Charité" ("Soeurs de Saint-Vincent-de-Paul") pour le service des pauvres et des malades. Cette institution était la suite de la Confrérie de la Charité crée à Châtillon mais à Paris cette fois.

Rapidement la France entière se couvrira d'un vaste réseau de "Charité". Ces bonnes volontés étaient dispersées dans Paris, chacune au service d'une Confrérie différente; Louise de Marillac perçut la nécessité de les regrouper.

En novembre 1633, elle reçut chez elle les six premières "Filles". C'était une nouveauté dans l'église, qui n'admettait pas que des Religieuses soient hors des cloîtres.

C'est en 1633 que sont instituées les "Conférences du Mardi" où se retrouve régulièrement l'élite du Clergé (Bossuet et d'autres). La même année voit encore la "Fondation de la confrérie de l'Hôtel-Dieu" à Paris où interviennent les Filles de la Charité. On lui doit la création des hôpitaux de Bicêtre pour les aliénés, de la Pitié, de la Salpêtrière pour les pauvres, en 1654 l'Hôpital du Saint Nom-de-Jésus à Paris pour les vieillards.

En 1638 débute l'œuvre des "Enfants Trouvés". Il créa pour cela un établissement pour les enfants trouvés.

Il créa également des retraites spirituelles au cours desquelles se retrouvaient des gens de toutes conditions. Vincent assiste Louis XIII dans ses derniers moments en 1643. Un peu plus tard il est nommé au "Conseil de Conscience" (Conseil de Régence pour les affaires ecclésiastiques) par la régente Anne-d'Autriche

Pendant les troubles de la Fronde, il soulagea la misère publique. Vincent organisa également des collectes à Paris pour porter secours aux victimes des guerres de Religions; il fut perçu comme un véritable ministre de l'assistance.

Son action ne s'arrêtait jamais. Il envoyait ses missionnaires dans tout le royaume et à l'étranger:

- 1639 voit Vincent organisé les secours en Lorraine (ravagée par la guerre, la peste et la famine).

- 1646 Fondation de la mission d'Alger.

- 1648 Fondation de la mission de Madagascar.

- 1649 Démarche de Saint Vincent auprès de la Reine et Mazarin en faveur de la paix.

- 1651 Vincent organise des secours en Picardie, Champagne et Ile-de France, dévastées par la guerre. C'est l'année de la Fondation de la mission de Pologne.

Accablé d'infirmités et de souffrances à la fin de sa vie, il mourut à Saint-Lazare le 27 septembre 1660.

Actuellement son corps est exposé dans la Chapelle des Lazaristes, à Paris-VIe.

Photo: Saint Vincent de Paul dans La Vierge du Rosaire huile sur toile du XVIIe dans l'église de Saint-Blaise