Ces saints sont choisis pour protéger de manière prophylactique selon la tradition locale ou pour remercier de leur intercession. Leur biographie est  imprégnée de récits légendaires parfois repris ici selon leur hagiographie locale ou la plus usuelle.

Saint Pascal (Baylon)

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Mise à jour
27-11-2016
Couvent des Franciscains, Eglise Notre-Dame-des-Miracles, Saorge

Saint Pascal (Baylon)

1540-1592

Culte

Sa fête est fixée au 17 mai. P. Canestrier rapporte qu'on l'invoque pour les maladies d'estomac.

Attributs

Le saint est généralement représenté en adoration avec un ostensoir, la bure franciscaine, devant une vision de l'Eucharistie avec des moutons.

Hagiographie

Pascal Baylon est né en Espagne en Aragon, dans un ménage de modestes cultivateurs. Enfant, il manifesta une grande attirance pour l'église, où le conduisait sa mère, et restait de longues heures en prière devant le tabernacle. Ses parents le placèrent comme berger. En gardant ses bêtes, il priait sans cesse, avec une particulière dévotion pour la Sainte Vierge.

À l'âge de 20 ans, il souhaita rejoindre le monastère franciscain des soccolanti. Mais, sachant à peine lire et écrire, il ne fut pas accepté dans la communauté religieuse. Il s'embaucha donc comme berger, à proximité du monastère, afin d'entendre sonner les heures des offices et de prier à ces moments-là. Enfin, en 1564, les frères l'acceptèrent comme frère convers, et il fut longtemps portier.

Là, il pratiquait une charité permanente envers ceux qui se présentaient, allant jusqu'à leur offrir des fleurs du jardin s'il n'avait rien d'autre. Frère Pascal passait de longs moments en adoration devant l'Eucharistie, plongé dans une profonde extase. Il reçut l'ordre d'aller en France, auprès du général de son ordre, Christophe de Cheffontaines. Il fut blessé dans une échauffourée. Il rentra ensuite en Espagne, et finit sa vie au couvent Notre-Dame-du-Rosaire, à Vila-Real près de Valence où il mourut, une basilique eucharistique y porte son nom et garde son sépulcre.

Photo JPB Couvent des Franciscains, Eglise Notre-Dame-des-Miracles, Saorge