Ces saints sont choisis pour protéger de manière prophylactique selon la tradition locale ou pour remercier de leur intercession. Leur biographie est  imprégnée de récits légendaires parfois repris ici selon leur hagiographie locale ou la plus usuelle.

Saint Nicolas (de Tolentino)

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Mise à jour
27-11-2016
Eglise Sainte Marguerite de Lucéram

Saint Nicolas (de Tolentino)

c.1240-1305

Culte

Fêté le 10 septembre, il est le patron: des opprimés, enfants, mères, moines augustins. On l'invoque aussi contre la peste et les âmes du Purgatoire. On distribuait des petits pains le jour de sa fête en souvenir de la remise d'un pain que lui fit la Vierge et qui l'a guéri.

Attributs

Il est représenté en habit de moine, portant le lys fleuri, le livre de la Règle, l'étoile et un crucifix.

Hagiographie

Son procès de canonisation en 1446 a alimenté son hagiographie. Nicolas est né près d'Ancône, dans le bourg de Saint-Ange, de parents très pieux. Son père et sa mère, Compagnonus de Guarutti et Amata de Guidiani, désespérés de ne pas avoir d'enfant avaient fait un pèlerinage à Bari auprès du sanctuaire dédié à Saint Nicolas en priant d'avoir un fils, d'où l'origine de son prénom.

Âgé d'à peine sept ans, Nicolas, à l'imitation de son saint patron, pratiqua l'abstinence en jeûnant plusieurs jours dans la semaine. Il était encore  jeune quand il entendit la prédication d'un moine de l'Ordre des Ermites de Saint Augustin. Enthousiasmé par ce discours, il entra aussitôt dans cet ordre. Là, il observa une forme parfaite de vie religieuse, pratiquant le jeûne et les mortifications, mais aussi étonnant ses frères par son humilité et sa charité. Après avoir visité plusieurs couvents afin de le montrer comme exemple de vertus et avoir reçu la prêtrise à Cingoli des mains de l'évêque d'Osimo, il fut envoyé en 1279 à Tolentino où il passa ses trente dernières années.

Là, il s'employa à prêcher l'Évangile, à catéchiser, à confesser, et sa douceur autant que sa foi ramenèrent de nombreux impies dans la voie du salut. À la fin de sa vie, la légende raconte qu'il entendait tous les soirs le concert des anges.

Photo: Saint Nicolas de Tolentino du retable de Canavesio dans l'église Sainte Marguerite de Lucéram