Ces saints sont choisis pour protéger de manière prophylactique selon la tradition locale ou pour remercier de leur intercession. Leur biographie est  imprégnée de récits légendaires parfois repris ici selon leur hagiographie locale ou la plus usuelle.

Saint Léger (d'Autun)

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Mise à jour
27-11-2016

Saint Léger (d'Autun)

VIIe

Culte

Saint Léger ou Léger d'Autun ou Léodegard fêté le 2 octobre, saint patron des meuniers.

Attributs

Il est représenté en évêque et parfois durant son martyre avec la langue coupée ou les yeux brûlés.

Hagiographie

Nous possédons deux vies de saint Léodgar ou saint Léger par deux moines contemporains. "La complainte de Saint Léger", écrite en 970, sera l'un des tous premiers textes littéraires de la langue romane, qui commence à devenir une langue populaire. La Légende Dorée de Jacques de Voragine lui consacre un article.

Issu d'une vieille famille franque de la région de Poitiers, apparenté aux nobles burgondes, évêque d'Autun à partir de 663, il est mêlé de très près aux luttes entre la Burgondie (Centre et Est de la France) et la Neustrie (Nord de la France).

Contre la tendance centralisatrice de la Neustrie, il défend les usages et l'autonomie de la Bourgogne. Mais Ebroïn, le maître du palais de Neustrie assiègera Autun. Pour épargner la famine à sa ville, Saint Léger se livre. Il a les yeux brûlés et la langue coupée. Un synode convoqué par Ebroïn le déclare "prêtre indigne" et il est interné chez des religieuses. Deux ans après, il sera décapité, dans une forêt, non loin de Fécamp. Un autre synode le réhabilitera et lui donnera le titre de martyr.

On a donné son nom à de nombreux villages dont celui de Saint Léger en haut de la vallée de la Roudoule.