Ces saints sont choisis pour protéger de manière prophylactique selon la tradition locale ou pour remercier de leur intercession. Leur biographie est  imprégnée de récits légendaires parfois repris ici selon leur hagiographie locale ou la plus usuelle.

Saint Colomban

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Mise à jour
05-01-2018

Saint Colomban

543-615

Culte

Il est fêté le 23 novembre, il est le saint patron des motocyclistes.

Attributs

En tenue de moine, il tient une croix, un fouet (symbole de sa sévérité), une auréole l'illumine...

Hagiographie

Jonas de Bobbio, un moine bénédictin de Bobbio contemporain de Colomban, a rédigé sa première hagiographie.

Né dans le Leinster (Irlande) en 543, il entra vers ses 20 ans au monastère de Bangor (Ulster). La vie monastique qu'il y suivit et l'exemple de l'abbé Comgall forgèrent la conception du monachisme qu'il fixa et diffusa plus tard. Selon la tradition des moines voyageurs irlandais, il décide de s'exiler définitivement vers 580. Il part avec 12 compagnons (dont Saint Gall) vers l'Europe. Ils arrivent dans les Vosges et se fixent sur le site d'Annegray (Anagrates) au pied de la montagne Saint Martin, sur la commune de La Voivre en Haute-Saône, sur le site d'un ancien castrum romain ruiné.

Devant le succès des vocations, Colomban décide de créer un nouveau monastère à Luxeuil, lieu plus accessible et pourvu de sources aux vertus thermales. A cause de sa sévérité sur les questions morales, il entra en conflit avec la famille royale, ayant vivement admonesté le roi Thierry et la reine Brunehaut.

En 610 il fut expulsé de Luxeuil avec ses moines irlandais, condamnés définitivement à l'exil. Rapatriés par mer, leur bateau échoua près du rivage et, plutôt que de rentrer à Luxeuil, le groupe décida d'entreprendre une nouvelle aventure d'évangélisation d'abord à Tuggen, sur le lac de Zurich, puis près de Bregenz, sur le lac de Constance, en vue d'évangéliser les Alamans. Ayant ensuite passé les Alpes, Colomban fut favorablement accueilli par la cour lombarde. Il dut immédiatement faire face à de graves difficultés. La vie de l'Eglise était empoisonnée par l'arianisme (Dieu le Père est divin et le fils humain) dominant chez les lombards, et un schisme avait détaché de la communion avec l'Evêque de Rome la plus grande partie de l'Eglise d'Italie du nord. Le saint irlandais rédigea alors un libelle contre cette hérésie et une lettre au Pape Boniface IV l'encourageant à oeuvrer activement au rétablissement de l'unité ecclésiale. Colomban fonda à Bobbio (Italie du Nord) un nouveau monastère qui devint un centre culturel comparable au Mont Cassin de Saint Benoît de Nursie. Il y acheva sa vie le 23 novembre 615, qui est sa fête liturgique jusqu'à nos jours.

Très vénéré il a donné son nom à de nombreuses communes dont celle d'un écart de Lantosque.