Ces saints sont choisis pour protéger de manière prophylactique selon la tradition locale ou pour remercier de leur intercession. Leur biographie est  imprégnée de récits légendaires parfois repris ici selon leur hagiographie locale ou la plus usuelle.

Saint Charles Borromée

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Mise à jour
26-11-2016
Chapelle de la Miséricorde de Saint Martin Vésubie

Saint Charles Borromée

1538-1584

Archevêque de Milan

Culte

Fêté le 4 novembre il est le patron des catéchistes car il a participé à la rédaction du Catéchisme romain après le Concile de Trente.

Attributs

En habit de cardinal (iconographie imposée par Rome au XVIIe au moment de sa canonisation) avec la corde au cou ou donnant la communion. On le représente avec un visage ridé au nez busqué.

Biographie

Plusieurs historiens ont rédigé sa biographie/hagiographie dont Antoine Touron en 1761.

Fils cadet d'une noble famille italienne originaire de Florence, il avait tout pour se laisser entraîner dans une vie facile et fastueuse. Neveu d'un pape, nommé cardinal à 22 ans, il est submergé de charges honorifiques très lucratives. Il reçoit les revenus du diocèse de Milan, des abbayes de Mozzo, Folina, Nonatella, Colle et de quelques autres légations: Bologne, Spolète, Ravenne, etc ... Il reste laïc, grand amateur de chasse et de musique de chambre. Mais la conscience de son devoir est telle qu'il s'impose dans la vie mondaine et brillante de Rome, par sa rigueur et son travail.

Il collabore efficacement à la reprise du Concile de Trente Note , interrompu depuis huit ans. Au moment de la mort subite de son frère aîné, alors qu'il pourrait quitter l'Église pour la charge de chef d'une grande famille, il demande à devenir prêtre. Désormais il accomplit par vocation ce qu'il réalisait par devoir. Devenu archevêque de Milan, il se consacre à l'application des directives du Concile, il crée des séminaires pour la formation des prêtres. Il prend soin des pauvres alors qu'il vit lui-même pauvrement. Il soigne lui-même les pestiférés quand la peste ravage Milan en 1576. Il demande à tous les religieux de se convertir en infirmiers. Les années passent. Malgré le poids des années, il n'arrête pas de se donner jusqu'à l'épuisement. Il mourut en 1584, à 46 ans, épuisé par les fatigues et les austérités.

Photo: à gauche sur une  huile sur toile dans la chapelle de la Miséricorde de Saint Martin Vésubie