Ces saints sont choisis pour protéger de manière prophylactique selon la tradition locale ou pour remercier de leur intercession. Leur biographie est  imprégnée de récits légendaires parfois repris ici selon leur hagiographie locale ou la plus usuelle.

Saint Brice (de Tours)

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Mise à jour
26-11-2016
Chapelle Sainte Croix (Pénitents Blancs) La Bolline Valdeblore

Saint Brice (de Tours)

Ve

Culte

Il est fêté le 13 novembre, invoqué pour les maux de ventre et il est le patron des juges.

Attributs

En habit d'évêque, avec un nouveau-né, des charbons ardents.

Hagiographie

La Légende Dorée lui consacre un article reprenant le texte de Grégoire de Tours. Moine puis prêtre, il est finalement choisi par Saint Martin, dont il se moque ouvertement, pour le remplacer à sa mort. Brice, à l'inverse de Saint Martin dont il méprisait la pauvreté voulue, préférait s'entourer de jolies servantes et esclaves, ainsi que de beaux chevaux. L'entourage de Saint Martin voit d'un mauvais œil ce futur évêque fastueux et beau parleur et lui déconseille vivement ce choix.

Après 33 ans d'épiscopat depuis la mort de Saint Martin en 397, Brice scandalise ses ouailles lorsqu'il est accusé d'avoir mis enceinte une de ses servantes. Expulsé manu militari hors de Tours, il va plaider son innocence à Rome. Au bout de sept années, il revient à Tours et pendant sa halte, la nuit, à quelques lieues de la ville, son successeur meurt.

Brice redevient évêque de Tours, assagi cette fois, jusqu’à sa mort en 444. Il est canonisé  à sa mort et enterré auprès de son bienfaiteur. Mais en 580, Grégoire de Tours fait transférer ses reliques à Clermont-Ferrand, en Auvergne.

Un culte curieux pour un personnage aussi contesté.

Photo JPB  Saint Brice  évêque en haut à gauche, la chapelle des Pénitents Blancs à La Bolline Valdeblore.