Ces saints sont choisis pour protéger de manière prophylactique selon la tradition locale ou pour remercier de leur intercession. Leur biographie est  imprégnée de récits légendaires parfois repris ici selon leur hagiographie locale ou la plus usuelle.

Saint Antoine (Padoue)

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Mise à jour
26-11-2016
Eglise Saint Blaise à Saint Blaise

Saint Antoine (de Padoue)

1195-1231

Il est parfois confondu avec Saint Antoine (Ermite) du IVe dont les attributs sont la clochette, la lettre Tau, un cochon (le lard qui guérit le mal ardent).

Culte

Fêté le 13 juin il est le patron des marins, naufragés, pauvres, il est invoqué contre la stérilité et surtout des objets perdus depuis le XIXe. C'était un saint agraire dans la tradition locale.

Attributs

Les principaux attributs d'Antoine de Padoue sont la bure franciscaine, l'Enfant Jésus, une mule, un livre, des poissons, un cœur enflammé, un lys.

Hagiographie

Dès sa mort des récits sur sa vie ont été rédigés (Assidua, 1232).  Né à Lisbonne, ce contemporain de Saint François d'Assise s'appelait en réalité Fernando. De famille noble aux traditions militaires, il entra tout jeune chez les Chanoines Réguliers de Saint Augustin à Coïmbra où il fut ordonné prêtre.

En 1220, quand les restes des premiers martyrs franciscains furent ramenés du Maroc au Portugal, il entra chez les Frères Mineurs et prit le prénom d'Antoine. Il désirait lui aussi aller au Maroc afin d'y mourir martyr. Tombé malade pendant le voyage, il dut rentrer en Europe. En 1221, il est à Assise au chapitre de l'Ordre et ses frères découvrent alors ses talents de prédicateur et de théologien. Ayant remplacé "au pied levé" un prédicateur empêché, il étonne ses frères qui, désormais, l'envoient prêcher.

Avec la permission de Saint François, il enseigne à Bologne, Toulouse, Montpellier et Limoges. A Brive-la-Gaillarde, on conserve même le souvenir des grottes où il se retira quelque temps dans la prière solitaire. C'est aussi dans cette ville qu'il retrouva miraculeusement un manuscrit dérobé, y gagnant du même coup sa spécialité posthume pour lui faire retrouver les objets perdus. En 1229, il est élu provincial de l'Italie du Nord.

La fin de sa vie est dominée par la prédication où il excelle. La légende rapporte qu'il prêcha aux poissons. Il se trouve à Padoue pour prêcher le Carême en 1231. C'est là qu'il meurt d'épuisement à 36 ans, dans cette ville qui le vénère et qui lui donne son deuxième nom, Saint Antoine de Padoue. Il est "Docteur de l'Église", mais la piété populaire préfère en lui l'intercesseur efficace. (Source Nominis).

Son culte sera répandu au XVe par les marins portugais, son pays d'origine, et diverses légendes lui sont associées: miracle de la mule  ou celle où il tient l'Enfant-Jésus.

Clin d'oeil: On a perdu  Saint Antoine !

A l’extrémité nord du village de Belvédère, sur le chemin rejoignant la haute vallée, fut érigée la chapelle Saint-Antoine. Ce modeste édifice représente en fait un exemple de chapelle médiévale. Sa façade est encore ouverte. Mais qui est saint Antoine ? Le plus connu de nos jours est celui que nous invoquons pour les objets perdus: saint Antoine de Padoue.

Ce moine franciscain, originaire du nouveau royaume du Portugal, contemporain de saint François d’Assise (1182-1226), était un prédicateur émérite qui est mort à Padoue. Ayant retrouvé un manuscrit perdu il est devenu spécialiste de la question des objets perdus. On peut voir sa représentation sur un tableau de la chapelle. Mais au centre du tableau un autre Antoine est visible : saint Antoine Ermite. Il est même peint sur le mur.

Moins connu de nos jours, il est pourtant le saint à qui était dédiée la chapelle comme la plupart des autres chapelles saint Antoine dont celle de Clans. Contemporain du IVème siècle, il est le fondateur du monachisme. A Clans une trentaine de tableaux retrace des épisodes de sa vie d’ermite. Un bâton en Tau qui lui servait à marcher, une clochette comme les lépreux (en fait elle signale le cochon) et surtout un cochon sont ses attributs : difficile de ne pas le reconnaître.

Au fait qui est le 3ème personnage du tableau ? On pourrait en déduire qu’il s’agit de saint Paul l’Ermite, un précurseur d’Antoine dans le monachisme et que celui-ci avait rencontré. Saint Antoine de Padoue qui nous a permis de retrouver deux saints mérite bien son invocation.

On a donné plusieurs significations au cochon qui est à côté de saint Antoine. Dans la région on a attribué à saint Antoine ermite la faculté de protéger du « mal ardent ou feu de saint Antoine » (empoisonnement par l’ergot de seigle). L’application du lard de cochon pouvait en soulager les plaies.

Photo JPB: une statue de Saint Antoine de Padoue dans l'église Saint Blaise à Saint Blaise