Roubion

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Mise à jour
17-11-2019

Roubion

Le village apparaît dans les textes sous plusieurs noms : Robio, en 1067, Rubion, et Robionum, en 1293, Robjono; en 1333 il appartient  des comtes de Provence. Il reste des vestiges du château féodal et des remparts qui  datent du XIIe. Un chantier  archéologique en cours sur la cime de la Tournerie a révélé une occupation à l'age du Fer.

En 1325, Astruge et Andaron Grimaldi en font l’acquisition. En 1388, Roubion se rallie à la maison de Savoie. En 1581, la baronnie est érigée en comté en faveur d’Honoré II Grimaldi.

En 1621, après l’exécution d’Annibal Grimaldi, le château féodal est démantelé, il en reste quelques ruines. Le 22 mars de la même année, Roybion est inféodé à Stefano Badat, chevalier de l’ordre de Malte. Après sa mort, en 1622, il passe à son frère procureur, le comte Annibal Badat. En 1684, c’est un Vaissoti qui est investi, avec le titre comtal. Roubion a beaucoup souffert du passage des troupes lors des guerres qui ont agité la région, au XVIIe et XVIIIe siècle.

En 1792, le village, qui comme le reste du comté de Nice est envahit et occupé par les Français, fait partie du canton de Beuil, lui-même dépendant du district de Puget-Théniers. De 1814 à 1860, il réintègre les Etats sardes, et il est alors rattaché à Saint-Etienne-de-Tinée. A partir de l’annexion de 1860, Roubion est intégré au canton de Saint-Sauveur-sur-Tinée.

Le tremblement de terre de 1887 a provoqué d'importants dégâts dans l'église.

Photos JPB.

Source : PCAM Flohic 2000 et  Guide historique  2008.

Coordonnées
44.0924, 7.0501
Zone Géographique
Tinée (Moyenne)
Cartographie ancienne
Carte de Roubion 1867.

Carte de Roubion 1867.