La Roquette Sur Var

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Mise à jour
17-11-2019

La Roquette Sur Var

Au nord-est du village, les ruines de Castel-Vieil témoignent d'une occupation ancienne (murs d'époques ligure, romaine et médiévale). Le site actuel, plus facile à défendre, a été occupé, semble-il, autour des Xe et XIe siècles. On voit le nom de Rocheta dans le chartrier de Saint Pons (1028:":... subtus castrum qui nominant Rocheta...''

Le site a attiré aussi l'attention de l'Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, en 1209 par l'intermédiaire d'un dénommé Castellano pour une donation du passage du Var au lieu-dit Bon-Port, puis en 1217, directement au commandeur Botino, avec des terres près de Gilette, des pâturages à La Roquette et confirmation des droits sur le passage du Var. L'ordre dut vendre ses droits avant la fin du Moyen Âge.

Au XIIIe siècle, on trouve comme co-seigneurs la famille Béranger de Nice. En 1320, les Ranulfi sont co-seigneurs, mais vendent leurs droits en 1365 aux Litti, seigneurs de Saint-Auban, de Bonson. En 1446, Charles Lascaris seigneur de La Brigue, branche des Lascaris de Vintimille apparue en 1388, devient, par son mariage avec la fille de Pierre Litti, seigneur de La Roquette.

Au XVe siècle, les Grimaldi de Beuil ont des droits à La Roquette. Au début du XVIe siècle la seigneurie échoit par mariage aux Laugier (ou Laugieri). En 1527, en révolte contre Honoré Laugier des Ferres qui les avait accusés de trahison, les frères Jean-Baptiste et René Grimaldi, de la famille Grimaldi de Beuil, s'emparent de son château de Gilette et brûlent les châteaux de Levens et de La Roquette.

Au milieu du XVIIe siècle, Pierre Antoine Laugier est aux prises avec des difficultés financières. Il ne put obtenir le titre d'abbé de Saint-Pons pour son fils et il dut marier sa fille avec Pierre Antoine Bonfiglio, d'une famille de procureurs fiscaux du Sénat de Nice. En 1698, Alexandre Laugier lègue La Roquette avec ses dettes à son neveu Jean-Paul Bonfiglio. Cette famille va le garder pendant quelques générations, jusqu'à ce qu'un descendant se décide à le vendre. En 1777, le fief de La Roquette est vendu à Joseph-Vincent Lascaris de Castellar, baron de Bouillon et des Ferres, ministre et premier secrétaire d'État du roi de Sardaigne au département des Affaires étrangères. Le roi de Sardaigne lui donne le titre de marquis de La Roquette.

Par la suite, le rocher, trop étroit, incita une partie de la population à s'établir dans la vallée: c'est l'origine de Saint-Martin-du-Var, hameau de La Roquette jusqu'en 1867, date à laquelle il fut détaché et érigé en commune indépendante. Jusqu'à cette date le village s'appelait La Roquette-Saint-Martin. Baou-Roux, hameau de la Roquette est situé dans la vallée du Var, le long de la D6202. Son histoire est liée à l'extraction souterraine de la pierre, cette activité a contribué à l'endiguement du Var.

Photos JPB.

Pont Charles-Albert en béton précontraint de 1962.

Coordonnées
43.828, 7.1987
Zone Géographique
Var (Bas)
Cartographie ancienne
Carte de La Roquette Sur Var 1865

Carte de La Roquette Sur Var 1865