Peille

Cartographie du patrimoine architectural de l'arrière-pays du Comté de Nice. Localisation et informations  de 750 sites et édifices avec cartes et  coordonnées géographiques.

Mise à jour
22-11-2016

Peille

Les vestiges d'une muraille d'enceintes datant du néolithique sont présents. Peille est mentionné dès 1029 dans le Chartrier de Saint Pons sous l'appellation Pilia. À cette époque, Peille administre alors un territoire plus grand. Les comtes de Provence lui ont donné l'administration de Peillon et de La Turbie dont dépendait alors Monaco. Les évêques de Nice et les abbés de Saint-Pons y ont des droits spirituels et temporels. Les chanoines de Saint-Ruf d'Avignon ont possédé l'église Sainte-Marie du XIIe siècle jusqu'en 1654.

Au XIIe siècle, Peille est doté d'un consulat et est administrée par trois consuls élus. En 1176 cette autonomie est confirmée par le comte de Provence car celle-ci lui a prêté main forte contre les Niçois. C'est à cette période qu'elle forme, avec Lucéram et Utelle, une confédération républicaine. En 1197, Peille cède ses droits sur Monaco à Gênes.

Au XIIIe siècle, l'action autoritaire des comtes de Provence comme Charles Ier va lui faire perdre une partie de ses libertés. Peille devient une simple communauté rurale qui gère ses affaires sous le contrôle du pouvoir comtal. Peille est le chef-lieu d'un petit bailliage avant une réorganisation administrative faite en 1307 par Charles. II rattache Peille à la «vicaria comitatus Vintimilli et vallis Lantusce» avec Sospel, Saorge, Breil, Pigna, La Roquette, Lucéram, Belvédère, La Bollène, Lantosque, Utelle, Roquebillière, Saint-Martin, La Tour et Valdeblore. Peille se sépare de plusieurs de ses bourgs.

Devenue l'un des trois chefs-lieux du bailliage de la viguerie de Nice au XIVe siècle, elle est rattachée, en 1347, à la viguerie de Vintimille dont le chef-lieu était Sospel. Un château avec une tour à gorge ouverte, comme à Lucéram, y est construit. Il en reste des vestiges. Un glissement de terrain au XVe emportera les principaux monuments du village.

En 1388, après la dédition de Nice, elle passe sous suzeraineté savoyarde, qui devientdra en 1720 le royaume de Sardaigne. Peille qui était indépendante sous les comtes de Savoie a dû céder ses droits pour régler ses dettes qui sont alors importantes.

Elle devient une seigneurie en 1621 qui est érigée en comté en 1651 en faveur de Jean-Baptiste Lascaris, gouverneur de la ville de Nice, de la famille Lascaris-Vintimille. Les Lascaris sont restés comtes de Peille jusqu'à la Révolution. Le palais Lascaris a été construit au XVIIe siècle, au bord de la falaise, par les successeurs de Jean-Baptiste Lascaris, co-seigneur de Castellar, premier comte de Peille et neveu de Jean-Paul Lascaris (1560-1657), grand maître de l'ordre de Malte. Le septième et dernier comte de Peille est Jean Paul Augustin Lascaris, mort à Vintimille le 29 octobre 1797.

Peille devient française en 1792. Le comté de Nice est réuni à la France le 31 janvier 1793 et prend le nom de département des Alpes-Maritimes. Il retourne au royaume de Piémont-Sardaigne de 1814 à 1860 et revient à la France après le plébiscite de 1860.

Le tremblement de terre de 1887 a provoqué d'importants dégâts.

Source: www.paisnissart.com

Un village médiéval avec des témoignages du passé:

-Le palais Lascaris a été construit au XVIIe siècle, au bord de la falaise, par la famille Lascaris devenue en 1651 comtes de Peille.

 -le palais du Juge Mage, appelé aussi palais des Consuls où on rendait la justice.

-Une grotte préhistorique: la grotte des Grimaldi, dont les fouilles ont été organisées par le musée d’anthropologie de Monaco et qui a mis au jour une quantité importante de matériel, est située à flanc de montagne, au sud du village. 

Lien: www.nicehistorique.org

Photos: JPB

Musée du Terroir

Coordonnées
43.8028, 7.4018
Zone Géographique
Pays de Peille
Cartographie ancienne
Carte de Peille 1866

Carte de Peille 1866